C’est sur la plage de Malo-les-Bains que le Dunkerquois Thomas Ruyant a tiré ses premiers bords en Optimist. Notamment formé sur le Tour Voile, il a depuis remporté des grandes courses comme la Mini Transat et la Route du Rhum, avant de terminer à la 6e place du Vendée Globe 2020-2021. Présent ce week-end sur le Village du Tour Voile, Thomas Ruyant, qui est également le parrain de cette étape nordiste, se remémore ses souvenirs sur cette épreuve et évoque ses projets.

Thomas, la plage de Malo-les-Bains vous rappelle beaucoup de souvenirs. C’est sur ce plan d’eau que vous avez commencé à naviguer ?

Thomas Ruyant : Oui, j’ai appris à faire du bateau à Malo-les-Bains. C’est ici que j’ai fait mes premiers stages d’optimist. Puis j’ai continué en Class8 et en Laser. C’est aussi ici que j’ai découvert le Mini 6.50 puisque j’avais récupéré un bateau à Dunkerque. J’ai beaucoup de souvenirs sur cette plage, mes parents habitent juste à côté. C’est toujours un plaisir de revenir dans ma ville de cœur. Dunkerque est très souvent le cadre du départ du Tour Voile, je trouve ça chouette, cela offre une belle animation.

Pouvez-vous nous rappeler votre histoire avec le Tour Voile ?

Thomas Ruyant : J’ai participé à trois éditions. C’est sur cette épreuve que j’ai fait mes premières nuits en mer, à l’époque du Farr30. En fait, c’est sur le Tour que j’ai participé à mes premières vraies régates de haut niveau. C’est une course qui permet de mettre le pied à l’étrier. Je me souviens évidemment de ma victoire avec Daniel Souben, en 2009. Le format de l’épreuve a beaucoup évolué depuis. Les Diam24 OD sont des bons bateaux. Je suis content que cette année l’événement puisse avoir lieu.

Que pensez-vous du retour des étapes de ralliement ?

Thomas Ruyant : Cela donne du piment ! Les parcours « inshore » sont super pour le public. Ces régates au contact permettent de multiplier les départs, de vivre des journées très intenses. Les ralliements sont intéressants pour passer davantage de temps en mer et avoir une réflexion stratégique plus globale sur le plan d’eau. Je trouve ça vraiment sympa, même si le Diam24 OD n’est pas forcément un support facile pour des ralliements.

Quelle est votre actualité et quels sont vos projets ?

Thomas Ruyant : Je viens de rentrer de The Ocean Race Europe. C’était instructif de mener le bateau en équipage avec des escales. C’est un format bien différent de ce que j’ai l’habitude de faire en IMOCA (les monocoques du Vendée Globe, NDR). C’était une expérience enrichissante, avec une place sur le podium à la fin. Le prochain grand objectif de la saison est la Transat Jacques Vabre, que je disputerai en en double avec Morgan Lagravière. Lui aussi est un ancien du Tour Voile d’ailleurs. En 2022, je participerai à la Route du Rhum avec le même bateau. Concernant le Vendée Globe 2024, nous en discutons actuellement avec mes partenaires. Tout n’est pas encore calé, on y réfléchit.

 

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour Voile