Le kitesurfer Chris Ballois était présent ce lundi sur le Village du Tour Voile à Erquy. Né sans avant-bras gauche, Chris a battu des records de vitesse handisport mais aussi dans la catégorie valide. Très intéressé par la navigation en Diam24 OD, il se verrait bien monter un projet pour le Tour Voile. Rencontre. 

Chris, vous semblez très intéressé par le Diam24 OD. Qu’est-ce qui vous plaît dans le support du Tour Voile ?

Chris Ballois : J’ai effectivement navigué à plusieurs reprises en Diam24 OD cette année. C’est un bateau très accessible, simple en utilisation et fort en sensation. Ce multicoque me plaît beaucoup, il accélère bien. En termes de sensations, il se rapproche du windsurf, que j’ai pratiqué pendant longtemps, et du kitesurf. Les manœuvres (empannages, virements de bord) sont rapides. C’est un super bateau.

Que pensez-vous de la nouvelle dynamique du Tour Voile, avec notamment le retour des ralliements ?

Chris Ballois : C’est une très bonne chose. Je suis un spécialiste de la vitesse mais aussi de la longue distance en kitesurf. J’ai fait la traversée entre Brest et Lorient en passant par les iles du ponant (470 km). J’ai aussi établi le record de vitesse à la voile entre Saint-Malo et Jersey. Sur le Tour, il est intéressant d’avoir différents exercices. Les parcours construits, très proches de la côte, sont intéressants pour le public. Les ralliements apportent un côté un peu plus aventure. Ce qui se met en place est très intéressant, cela permet d’avoir des équipages extrêmement polyvalents.

À Erquy, vous avez participé à une table ronde sur la mixité, avec la Fédération Française de Voile. Cette thématique vous tient également à cœur…

Chris Ballois : Homme, femme, valide, handisport… La mixité, c’est la vie ! Tous naviguer est essentiel. Nous le faisons très bien dans la voile alors autant le faire savoir. J’ai l’avant-bras gauche en moins de naissance, et pourtant je pratique le kitesurf parmi les valides. Je souhaite porter ce message de la pratique mixte. La FFVoile et les clubs portent cette dynamique pour la pratique pour tous, et cela me semble intéressant d’en parler sur le Tour Voile.

D’autant que vous avez pour projet de participer au Tour Voile à terme…

Chris Ballois : Je suis polyvalent, j’aime tous les supports. J’avais un projet pour le Tour Voile cette année, mais il n’a pas pu se concrétiser. J’ai envie de m’engager avec la bonne équipe et les bons moyens. Je souhaite mener un projet sur le Tour en parallèle de mon engagement sportif en kite qui est intensif. Les deux sont compatibles. Côté sportif, j’ai développé des capacités en kitesurf, que je peux transposer en Diam.

Damien Seguin a prouvé qu’un athlète handisport peut décrocher d’excellents résultats parmi les valides. Né sans main gauche, il a terminé 6e du mythique Vendée Globe. C’est une inspiration ?

Chris Ballois : Oui. Damien est un très bon ami, j’étais sur son bateau avec lui la semaine dernière. Il prouve qu’on peut y arriver, même avec un handicap. Evidemment ce n’est pas simple, il y a des difficultés, on perd plus de temps, on met plus d’énergie. Il faut pouvoir s’adapter, être créatif.

 

 

 

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour Voile